Accueil

SOMPTUEUX CAHORS !

« Ce qui tue le goût de terroir, c’est le SO2 », avançait quant à lui Pascal Verhaeghe, qui, avec son frère, officie au Château du Cèdre à Cahors.

S’il partage la même vision que son collègue Lescarret de Gaillac sur le plan de l’agriculture biologique, ainsi que sur une baisse très marquée de l’apport de ce fameux antioxydant dans les cuvées, ce perfectionniste peaufine depuis 2004 (!) une cuvée qui, elle, est totalement exempte de la molécule en question.

Une première cuvée de 10 000 bouteilles est prévue en 2015. Rarement ai-je dégusté un tel bijou de pureté. Mais voilà, tout est déjà vendu !

Extrait de l’article LE SOIR, Montréal.

 
Retour à l’accueil
 
Vin noir de Cahors