Accueil

L’histoire

Des origines flamandes
Léon Verhaeghe, originaire de Morsleede, quitte sa terre natale au début du XXème siècle et s’installe dans le Lot. En 1958, son fils, Charles Verhaeghe et sa femme Marie-Thérèse établissent une exploitation en polyculture et créent le vignoble du Cèdre en plantant un hectare de vigne par an sur trois parcelles.

L’appel de la vigne
En 1973, tout en continuant à distiller la lavande, Charles effectue sa première mise en bouteille. Ses fils, Pascal et Jean-Marc appartiennent à la deuxième génération. Pascal, passionné de moto, découvre ou plutôt redécouvre la vigne chez un ami bourguignon Jean-Marie Guffens. Nous sommes en 1980 « Sur la route du Bol d’Or, je voulais faire une simple halte chez Jean-Marie… j’y suis resté plusieurs jours, mes toutes premières vendanges. » Huit ans plus tard, après des études d’œnologie à Mâcon Davayé, et des expériences en Bourgogne et en Napa Valley à Saintsbury, il décide de reprendre le domaine familial avec son frère Jean-Marc, alors jeune diplômé d’œnologie de la Tour Blanche dans le Sauternais.

Les frères Verhaeghe
Jean-Marc s’occupe de la vigne et Pascal de la vinification, de l’élevage et de la commercialisation. Un esprit de connivence et une réelle convergence de points de vue sont à la base de leur projet en commun.

1995, l’année de l’émancipation
Mis à l’épreuve par un millésime difficile (80% du domaine est grêlé), Jean-Marc et Pascal se remettent en question. Il fallait valoriser le terroir et baisser les rendements. « Il y a une dimension immatérielle, la vigne offre toujours plus que ce qu’on lui a donné. » En capitalisant sur le terroir, en se rapprochant de la nature, les vignes ont gagné en équilibre et leurs raisins, en qualité et en saveur. Le style des vins du château du Cèdre était né.

 
Retour à l’accueil
 
Vin noir de Cahors